Texte extrait du site http://french.france.usembassy.gov/a-z-thanksgiving.html

Photo du traditionnel repas de Thanksgiving. (PRNewsFoto/Butterball Turkey Company)

Photo du traditionnel repas de Thanksgiving. (PRNewsFoto/Butterball Turkey Company)

« Pour comprendre l’histoire de Thanksgiving, il faut remonter à  l’arrivée en Nouvelle Angleterre d’une centaine de pèlerins ayant fui la persécution religieuse britannique, pour les uns, ou la trop grande liberté des mœurs d’Amsterdam, pour les autres.

Après une traversée difficile à bord du Mayflower, les Pèlerins débarquent à Plymouth le 11 décembre 1620. Le premier hiver est dévastateur ; sur les cent-dix pèlerins, seulement cinquante survivent au froid et au manque de nourriture.

Une fois le printemps revenu, ces survivants doivent se constituer une réserve pour le prochain hiver. Or la terre, le climat, les plantes, tout leur semble hostile. Survient alors un événement déterminant de l’histoire américaine.

Samoset et Squanto, deux Indiens Iroquois de la tribu des Patuxets, viennent à leur secours. Ils leur font découvrir les bienfaits de certaines plantes et le danger mortel d’autres. Ils leur enseignent la chasse et la pêche et, surtout, ils leur apprennent à récolter le maïs.

En octobre 1621, la moisson est exceptionnelle, ils peuvent faire des réserves de maïs, de haricots et de potirons pour l’hiver à venir.

Le gouverneur de la colonie, William Bradford, décide alors de proclamer un jour de remerciement et d’action de grâce que les pèlerins partagent avec leurs voisins Indiens (ces derniers apportent du gibier et des dindes à rôtir).

Pour beaucoup, cette célébration est à l’origine de la fête de Thanksgiving. Pour d’autres, l’origine remonte à 1623 : en raison de la sécheresse qui a réduit les récoltes, le même gouverneur Bradford proclame une journée de jeûne et de prière.

La pluie venant arroser les champs peu de jours après et sauvant ainsi la colonie d’un grand malheur, Bradford annonce, pour le 29 novembre, un jour de remerciement.

La coutume d’une fête des récoltes se poursuit depuis cette période. Pendant la Guerre d’Indépendance, le Congrès recommande d’instaurer une journée d’action de grâce dans tout le pays. Le premier président des États-Unis, George Washington, suggère la date du 26 novembre.

En 1863, le président Lincoln fait revivre la tradition et, depuis lors, chaque président désigne lui-même ce jour, le quatrième jeudi de novembre, comme une fête nationale. Aujourd’hui, Thanksgiving est considéré comme une fête traditionnelle, au même titre que Noël.

Les traditions de Thanksgiving

C’est pendant la période de Thanksgiving que les Américains voyagent le plus en avion et en voiture pour se réunir avec des membres de leur famille et avec des amis. Un grand nombre d’entre eux assistent à un défilé organisé pour l’occasion, notamment à celui du grand magasin Macy’s qui est télévisé en direct de New York. D’autres suivent à la télévision des matchs de football américain. À l’étranger, les soldats américains ont droit à un repas traditionnel ce jour-là.

Une dinde farcie accompagnée d’une purée de pommes de terre, de patates douces, d’une gelée de canneberge et une tarte à la citrouille sont les éléments de base d’un repas de Thanksgiving.

Des milliers d’associations caritatives servent un repas chaud aux désavantagés et à tous ceux qui se présentent, et des millions de dindes surgelées sont offertes à des familles chaque année.

Parmi ces citoyens généreux figurent des membres de la tribu indienne Morongo de San Bernadino (Californie) qui apportent depuis vingt-trois ans une aide aux familles dans le besoin lors de la journée de Thanksgiving. En 2008, cette tribu a annoncé qu’elle avait offert 11.000 dindes, soit le nombre le plus élevé depuis le début de son aide.

C’est là un bon rappel du rôle que les Amérindiens ont joué lors du premier Thanksgiving américain, une fête organisée par les premiers pèlerins pour remercier les Indiens de leur avoir transmis leurs connaissances et leur savoir-faire, sans lesquels ils n’auraient probablement pas survécu. […] »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*
Site web